Ben...

La photographie est pour moi le meilleur moyen d’évasion. Ce que je veux vous dire, c’est que derrière mon boitier je ne suis plus celui que vous croiserez peut être un jour. La transformation s’opère à partir du moment où l’oeil rencontre le viseur.
À cet instant, je déclenche l’image parce qu’elle a du sens, elle matérialise un sentiment bien précis et difficile à décrire avec des mots. Certainement pas si loin du coup de foudre, et au minimum d’une très belle rencontre.
Et puis, chaque image est une histoire dont je vous donne le « il était une fois ». Il vous appartient d’imaginer la suite, la seconde d’après. Oubliez les règles, laissez-vous porter. C’est votre interprétation.

Série limitée

Quelques-unes de mes photographies sont en vente.

Quand vous aimez quelqu’un, vous en prenez grand soin et bien il en va de même pour mes photos.
Encadré dans un passepartout au format, le tirage à 24 exemplaires numérotés et signés est imprimé sur du papier d’art qualité archive avec des encres pigmentaires. 

Le tout peut être fourni sous cadre Nielsen, élégant et solide, en bois ou aluminium en fonction de la photo.

www.thefinelab.com

Actualités

2016 – 2019 – Porto, Dublin, Saint-Pétersbourg, Cracovie
Projet photographique visant à parcourir les grandes villes européennes, être au contact des populations et témoigner de leur mode de vie. Un projet fondé sur l’humain et l’architecture des villes afin de mieux comprendre ces sociétés, leurs fondements et bouleversements à travers des récits partagés.

Fin 2017 – Algérie
Projet photographique visant à témoigner du quotidien d’une population souvent méconnue et mal jugée en Occident. Un travail anthropologique sur la population de ce pays, proposant la découverte des visages, des histoires et des engagements d’un pays historiquement lié à la France.   

Porto vers la ville.

Comme un premier voyageur qui se serait trompé de ruelle, l’oeil se détache pour ne jamais revenir et s’exalte de ces couleurs posées au mieux en désordre comme un dédale de couleurs. Ville de tous les contrastes, effluves iodées et défilé d’âmes singulières, un brin de nostalgie.